Russie : 650 universitaires prennent la défense d’une revue étudiante en ligne persécutée par l’État

Russie : 650 universitaires prennent la défense d’une revue étudiante en ligne persécutée par l’État

Quatre journalistes étudiant·e·s font l’objet d’une inculpation au pénal, pour avoir publié en janvier 2021 sur le compte de leur revue, DOXA, une vidéo appelant la jeunesse à défendre ses droits civiques.

Un collectif regroupant plusieurs centaines d’enseignant·e·s de l’École des hautes études en sciences économiques ou « Vyshka (Vychka) » a adressé le 16 avril 2021 une lettre ouverte aux autorités russes pour protester contre l’inculpation pénale de quatre étudiant·e·s : Armen Aramian, Alla Goutnikova, Vladimir Metelkine et Natalia Tychkevitch, accompagnée de perquisitions à leurs domiciles. D’après Amnesty International, elles sont liées à la publication en ligne le 23 janvier d’une vidéo, retirée depuis par DOXA, à propos des manifestations contre l’emprisonnement d’Alexeï Navalny ; cette vidéo appelait les autorités à cesser d’intimider les manifestants, et encourageait les jeunes « à défendre leur droit à la liberté de réunion pacifique, à rejoindre des groupes de défense des droits humains et à s’organiser ».

La Vyshka est un établissement d’enseignement supérieur généraliste réputé, y compris dans les sciences humaines et sociales, dont les deux principaux campus se trouvent à Moscou et à Saint-Pétersbourg. Le texte de la pétition compte à ce jour (22 avril 2021) plus de six cents cinquante signatures.

En voici une traduction :

« Nous soussignés, enseignants de l’Ecole des hautes études en sciences économiques, proclamons notre solidarité à l’égard de nos étudiants rédacteurs et rédactrices de la revue DOXA, qui ont subi des persécutions pour leur activité journalistique et de défense des droits humains. 

La revue DOXA est apparue en 2017 à l’initiative d’étudiants de la Vyshka, et s’est aussitôt illustrée par son audace et sa propension à traiter des questions complexes de la vie des jeunes. C’est ainsi qu’elle est restée jusqu’à maintenant. Sur ces pages, des publications académiques de philosophes contemporains voisinent avec des textes consacrés aux problèmes quotidiens des étudiants de différents établissements. Suivant son inclination naturelle à construire un monde plus juste, DOXA prend la défense de celles et ceux qui subissent des persécutions, qu’il s’agisse d’enseignants renvoyés pour des raisons politiques, ou d’étudiants menacés d’exclusion. Nous sommes au regret de constater qu’en 2021, en Russie, c’est un motif suffisant pour une inculpation pénale. 

Nous estimons que l’enseignement ne se limite pas à la transmission de savoirs. En cours, nous défendons la raison et nous apprenons à distinguer la vérité du mensonge, à se forger sa propre opinion, et à la défendre. Nous croyons que l’enseignement permet de devenir plus libre, et nous estimons que c’est là une mission importante de l’université. Nous nous faisons du souci pour nos étudiants : pour celles et ceux qui étudient maintenant, et pour celles et ceux qui sont déjà diplômés. Leur vie fait partie de la nôtre.

L’inculpation pénale d’Armen Aramian, Alla Goutnikova, Vladimir Metelkine et Natalia Tychkevitch est contraire à la raison. On les accuse d’« implication d’un mineur dans la commission d’actes illicites, mettant en danger, au su du coupable, la vie du mineur, par persuasion, propositions, promesses, tromperies, menaces ou de toute autre manière ».

L’accusation se fonde sur une vidéo dans laquelle est désignée comme illégale l’exclusion d’étudiants pour avoir exercé leur droit à la liberté de réunion et d’expression. Dans les faits, il s’agit là d’une persécution pour avoir défendu ouvertement le droit des jeunes d’avoir et d’exprimer librement leur propre point de vue sur ce qui se passe dans le pays où ils s’apprêtent à passer leur vie. Il est difficile d’imaginer quoi que ce soit de plus contraire au sens de notre travail. 

Nous pensons que cette affaire pénale doit être immédiatement close, et que toutes les charges retenues contre ses accusés doivent être abandonnées.

Nous appelons les enseignants de tous les établissements d’enseignement supérieur de Russie à se joindre à notre lettre.

Notre avenir, ce sont nos étudiants et nos diplômés. Et à cette heure, cet avenir est menacé. »

Sources :
l’information publiée par Amnesty International (en français) le 14 avril 2021 : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2021/04/russia-police-searches-at-student-magazine-are-a-new-low-for-press-freedom/

le texte de la lettre ouverte-pétition (en russe), publié sur le site d’information scientifique russe Troickij Variant le 16 avril 2021 (mis à jour depuis, pour la liste des signatures) :
https://trv-science.ru/2021/04/open-letter1-doxa/