Ales Bialiatski, le Centre ukrainien pour les libertés civiles et Memorial Prix Nobel de la paix

Ales Bialiatski, le Centre ukrainien pour les libertés civiles et Memorial Prix Nobel de la paix

Le prix Nobel de la paix a été attribué aujourd’hui au militant des droits humains biélorusse Ales Bialiatski, au Centre ukrainien pour les libertés civiles et à Memorial. Nous sommes reconnaissants au comité Nobel pour ce prix qui nous honore.

L’idée et la mission de Memorial résident dans la défense des droits de l’homme, la connaissance des pages sombres de l’histoire, l’aide aux victimes de la répression et la lutte contre la violence d’État aujourd’hui. Memorial est un réseau, de femmes et d’hommes, qui forment un mouvement. Nous travaillons en Russie, en Ukraine et dans d’autres pays et poursuivons la tâche engagée par Andrei Sakharov et Arséni Roginski il y a plus de trente ans.
En ce moment, comme toutes les organisations de la société civile en Russie, Memorial est soumis à une forte pression. Mais la mémoire et la liberté ne peuvent être interdites. Nous poursuivons donc notre travail et continuerons à le faire en toutes circonstances.

Nos pensées vont à Ales Bialiatski et aux autres prisonniers politiques dans les prisons de Russie et du Belarus, ainsi qu’à nos collègues ukrainiens qui travaillent dans des situations de guerre.

Cette récompense intervient à un moment où la Russie mène une guerre d’invasion contre l’Ukraine et où les droits et libertés en Russie même sont violés à chaque instant. Il est plus important que jamais de se rappeler la thèse formulée il y a des décennies par Andrei Sakharov : la paix, le progrès, les droits de l’homme sont trois objectifs indissociables. On ne peut pas réaliser l’un d’entre eux en négligeant les autres. Un État qui supprime les droits de l’homme sur son territoire est inévitablement une menace pour la paix.

Illustration: © Niklas Elmehed for Nobel Prize Outreach